Necla Kelek : à propos de l’affaire Hatun Sürücü

En Allemagne, le procès pour le meurtre en 2005 de Hatun Sürücü (tuée de 3 balles dans la tête par ses frères pour avoir « déshonoré la famille ») a été rouvert : deux des frères ayant préparé l’assassinat avaient en effet été acquittés.

Pour Necla Kelek :
« Jamais encore la différence entre une culture archaïque guidée par la religion, et une société éclairée n’avait été aussi manifeste. Il est clair pour tout le monde qu’il s’agit de bien plus qu’un simple meurtre : les trois coups de feu ont révélé le caractère mortel de la tolérance bienveillante. Pendant longtemps, ces crimes ont plutôt été considérés comme une tragédie familiale ou un drame de la jalousie, et l’on pardonnait à l’accusé ses fautes en évoquant son milieu culturel. »

Publicités
Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Necla Kelek : à propos de l’affaire Hatun Sürücü

Les tabous de l’immigration turque

Dans une lettre ouverte publiée hier, 60 spécialistes de l’immigration reprochaient à l’écrivaine Nekla Kelek d’alimenter les préjugés sur le retard de l’islam dans son livre consacré au mariage forcé chez les Turcs, « La mariée étrangère ». L’auteur répond aujourd’hui à ses détracteurs dans plusieurs journaux : « Il est curieux que mes adversaires sortent tous du milieu nanti de la recherche sur l’immigration, financé par l’Etat. Ils avaient largement le temps, les moyens et l’opportunité d’examiner les questions des mariages forcés, des mariages arrangés, des crimes d’honneur, de la ségrégation et de l’islam. Ils auraient pu se poser les questions que j’ai posées. Mais ils ne l’ont pas fait, car de telles questions n’entrent pas dans leur conception idéologique du multiculturalisme. Ils se sont donc pliés au tabou et ont laissé d’autres le faire ».

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Les tabous de l’immigration turque

Necla Kelek et l’immigration

Necla Kelek, une sociologue allemande d’origine turque connue pour son livre « La fiancée importée » et son engagement en faveur de la pénalisation du mariage forcé, est l’une des personnalités les plus controversées dans le débat sur l’immigration et l’intégration en Allemagne. Ses détracteurs lui reprochent d’exagérer la description du milieu des immigrés Turcs et d’exposer un point de vue partial de l’islam. « Nous oublions qu’énormément d’immigrés musulmans vivent dans des communautés dont la vision du monde se limite à l’islam », argumente la sociologue dans une interview réalisée par Regina Mönch et Heinrich Wefing. « Ce que nous voyons affectueusement comme une grande famille vit selon d’autres règles que les nôtres, sans liberté individuelle, sans liberté de dire non au port du voile et à l’importation de mariées ou de mariés. Ceux qui quittent la communauté se rendent coupables de trahison. Beaucoup n’osent pas franchir le pas, et ni les écoles, ni les agences pour l’emploi, ni les services sociaux n’envoient les signaux nécessaires pour changer la situation ».

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Leave a Comment »

Pour Necla Kelek, l’islam n’est pas adapté à la modernité

En Allemagne sera organisée début mai une conférence sur l’islam qui débattra de l’intégration des musulmans. La sociologue allemande d’origine turque Necla Kelek en profite pour passer à la loupe différentes propositions de réforme de l’islam et formuler quelques critiques à l’encontre de cette religion. « L’islam, bien qu’il soit présent en Europe depuis 1 400 ans, n’a jamais pu prendre racine. Il s’agit d’une religion arabe, même si elle se veut universelle. L’islam ne connaît aucune individualité, sa vision de l’humanité n’est pas adaptée à la modernité, qui réclame des individus responsables d’eux-mêmes ; l’islam suit un autre modèle de société, collectiviste celui-là. Il a non seulement la prétention d’être une croyance, mais il se pose en religion de l’unité de la vie, de la foi, de la loi et de la politique. Cela va à l’encontre de la laïcité. L’islam tente d’imposer des droits collectifs, alors qu’une société éclairée défend avant tout le droit de l’individu. »

Frankfurter Allgemeine Zeitung – Allemagne | 25.04.2007

Publié dans 1. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Pour Necla Kelek, l’islam n’est pas adapté à la modernité

Les fiancées turques de Hambourg

Les unions arrangées représentent un mariage sur deux dans la communauté turque en Allemagne. Les jeunes mariées sont souvent des fiancées «importées» que l’on va chercher jusque dans les villages retirés de l’est de la Turquie.

ELLE N’ALLAIT tout de même pas dire non à l’Allemagne ! Un pays «si beau», avait clamé la future belle-mère. Un pays avec de «grands appartements» et des centres commerciaux «à couper le souffle». Où «elle n’aurait pas à se salir les mains», parce que «tout fonctionne quasiment tout seul». Et où «on reçoit de l’argent de l’État sans même avoir à travailler»… Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Les fiancées turques de Hambourg

Une violence et une vision archaïque tirées du coran

Pourquoi tant de garçons turco-musulmans sont-ils en situation d’échec scolaire ? Pourquoi y a-t-il trois fois plus de délinquants parmi eux que parmi les Allemands ? Pour Necla Kelek, les cause de cet échec ne sont pas la discrimination sociale et les carences éducatives, mais la façon dont le jeune musulman est élevé par le père. Les coups qu’il reçoit lui inculquent le « respect » qu’on doit à plus fort que soi. La « honte », c’est la faiblesse de ne pas pouvoir se venger.

Cette violence qui régit les rapports sociaux s’appuie sur une vision archaïque du monde tirée du Coran et réaffirmée de génération en génération. Dès lors, l’intégration de ces fils « perdus » n’est possible que s’ils cessent de se considérer comme les représentants d’une « communauté musulmane » et cherchent leur propre voie.

Plaidoyer pour la libération de l’homme musulman , de Necla Kelek – 224 pages – Avril 2007

Publié dans Non classé. Étiquettes : , . Commentaires fermés sur Une violence et une vision archaïque tirées du coran

« La Fiancée importée » , par Necla Kelek

C’est une histoire de moka et de fiancées vendues que raconte Necla Kelek dans un livre en partie autobiographique. Elle y dénonce les mariages forcés et arrangés en cours dans la communauté turque d’Allemagne. Necla Kelek a remué le marc au fond du café turc. Elle y a lu le destin amer de ses concitoyennes, parfois des fillettes, mariées de force ou par arrangement familial. Originaire d’Anatolie, la sociologue Necla Kelek raconte dans « La Fiancée importée » comment le modèle du harem (son arrière grand-père fut le fournisseur du harem du sultan) a survécu. Et comment cette tradition a voyagé avec les Turcs en Allemagne. Elle tente d’y mettre un terme en soutenant un projet de loi dans le Bade-Wurtemberg, actuellement discuté au Parlement fédéral. C’est un premier pas contre ces unions négociées argent comptant autour du moka, servi les yeux baissés par la promise ramenée du pays. Cette pratique symboliserait « l’échec » de l’intégration. Echec dû à une certaine xénophobie ou à des structures défavorables aux étrangers? En partie seulement, les vraies causes sont ailleurs, assure l’auteure dont les positions heurteront les loyaux défenseurs des étrangers. Lire le reste de cette entrée »

Publié dans Non classé. Étiquettes : . 2 Comments »