Les tabous de l’immigration turque

Dans une lettre ouverte publiée hier, 60 spécialistes de l’immigration reprochaient à l’écrivaine Nekla Kelek d’alimenter les préjugés sur le retard de l’islam dans son livre consacré au mariage forcé chez les Turcs, « La mariée étrangère ». L’auteur répond aujourd’hui à ses détracteurs dans plusieurs journaux : « Il est curieux que mes adversaires sortent tous du milieu nanti de la recherche sur l’immigration, financé par l’Etat. Ils avaient largement le temps, les moyens et l’opportunité d’examiner les questions des mariages forcés, des mariages arrangés, des crimes d’honneur, de la ségrégation et de l’islam. Ils auraient pu se poser les questions que j’ai posées. Mais ils ne l’ont pas fait, car de telles questions n’entrent pas dans leur conception idéologique du multiculturalisme. Ils se sont donc pliés au tabou et ont laissé d’autres le faire ».

Publicités
Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Les tabous de l’immigration turque
%d blogueurs aiment cette page :