Necla Kelek n’est aucunement liée à la rédaction de ce site

« L’islam ne connaît aucune individualité, sa vision de l’humanité n’est pas adaptée à la modernité »

« La charia ne repose sur aucun des principes légaux issus des Lumières. Sans rejet de la charia et du principe de vengeance, tous les efforts pour intégrer les musulmans sont condamnés d’avance. »

Necla Kelek est une sociologue allemande d’origine turque, née à Istanbul en 1957. Ses parents s’installent en Allemagne au cours de son adolescence.

Necla Kelek assiste à l’islamisation progressive de la communauté turque d’Allemagne. Elle s’affranchit de la tutelle de son père, un traditionaliste rigoureux, pour commencer des études de sociologie. Elle devient spécialiste des questions de mariage forcé et d' »importation d’épouses » (des jeunes filles, pour la plupart anatoliennes, souvent illettrées, sont mariées contre une certaine somme d’argent à des Turcs résidant en Allemagne, puis amenées dans ce pays sans connaître la langue, les coutumes et les lois et sans pouvoir les apprendre).

Elle mène des enquêtes sur le terrain parmi les femmes de la minorité musulmane. Elle se bat avec succès pour le durcissement des lois contre les mariages arrangés ou forcés : début 2005, ses propositions sont adoptées par le parlement.

Son livre « La Fiancée importée », publié en 2005, a suscité un débat national en Allemagne. Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Otto Schily, en a écrit une critique élogieuse dans l’hebdomadaire Der Spiegel

Son livre suivant, « Plaidoyer pour la libération de l’homme musulman », a lui aussi suscité de vifs débats dans son pays d’adoption.

-> lire les déclarations essentielles de Necla Kelek

Publicités
Commentaires fermés sur